Publié le Laisser un commentaire

La perruche ondulée

Nom français : Perruche ondulée 

Nom Anglais : budgerigars, parakeet 

Nom latin : Melopsittacus undulatus

Taille: 18 cm environ

Poids: 30/40 g

Vie à l’état sauvage : Les perruches ondulées sont des oiseaux nomades vivant dans des habitats ouverts, principalement les milieux de type garrigue en Australie, les régions boisées ouvertes et la prairie.
Normalement les oiseaux se trouvent en petites bandes mais, dans des conditions favorables, peuvent former des groupes très nombreux. L’espèce est extrêmement nomade et le mouvement des bandes est lié à la disponibilité de nourriture et d’eau. La sécheresse peut conduire des bandes dans un habitat plus boisé ou des secteurs côtiers. Elles se nourrissent de graines de spinifex, d’herbes et parfois de céréales cultivées.

En captivité: la perruche ondulée s’est bien adaptée à la vie en captivité et peut être très sociable, agréable et joueuse si son environnement lui convient. C’est un oiseau qui se reproduit facilement.

Statut: Nombreuses à l’état sauvage, très répandues en captivité. Leur détention n’est soumise à aucune réglementation particulière.

Reproduction: La femelle pond entre 2 et 10 oeufs, les jeunes sont sevrés à 6 semaines et matures dès 6 mois.

Dimorphisme sexuel: impossible à déterminer chez les jeunes sans test ADN, le sexe de la perruche ondulée est très facile à identifier chez les adultes grâce à sa « cire », la chaire qui entoure les narines, juste au-dessus du bec : chez le mâle, elle est d’un bleu prononcé à vif, alors que chez la femelle, elle est crème ou beige (brune pendant les montées hormonales).

Espérance de vie: 5-10 ans 

Comportement : la perruche ondulée :

Est de caractère très sociable, curieuse et joueuse

  •  Est assez facile à apprivoiser avec de la patience
  •  Est grégaire (ne supporte pas la solitude et a besoin de vivre avec des congénères de la même espèce)
  • Peut être très bruyante, notamment par manque d ‘attention v Est peu destructrice si elle a des enrichissements à disposition

Relation avec l’homme : Souvent farouche à son arrivée, la perruche ondulée apprend lentement à faire confiance. Une fois apprivoisée, elle se montre curieuse et joueuse. Certaines d’entre elles adorent se cacher dans les vê tements de leur humain, escalader de la tête au pied ou se blottir dans le creux de sa main.

Problèmes rencontrés: tout comme les calopsittes, détenir un perruche ondulée est à la portée « de tous » (prix raisonnable, petite taille et largement vendue notamment en animalerie). Minimisant souvent leurs besoins, certains ont tendance à la faire vivre seule dans une petite cage. Les individus maintenus en solitaire développent souvent des problè mes de comportement (dépression, picage…). Un environnement spacieux, stimulant et une bonne ; socialisation sont des éléments clé s. Les perruches ondulées sont des oiseaux assez sensibles aux changements, et sont facilement effarouchées. Elles peuvent être bruyantes parfois et agacer certaines oreilles sensibles.

Publié le Laisser un commentaire

La perruche calopsitte

Nom français: Calopsitte ou perruche calopsitte

Nom Anglais: cockatiel

Nom latin: Nymphicus hollandicus

Taille: 32 cm environ 

Poids: plus de 100g

Vie à l’état sauvage: Originaires d’Australie, elles occupent une large aire de répartition. Elles vivent au gré des pluies près des cours d’eau en petits groupes ou en couples.

En captivité: C’est une espèce qui s’est très bien adaptée à la vie en captivité (considérée comme domestique) si son environnement est spacieux et riche. Très robuste, elle s’élève relativement bien. Les couples sont souvent d’excellents parents.

Statut: Nombreuses à l’état sauvage, très répandues en captivité. Leur détention n’est soumise à aucune réglementation particulière.

Reproduction: la femelle pond entre 4 et 6 oeufs, les jeunes sont sevrés à 10 semaines mais restent encore parfois plusieurs semaines avec leurs parents. Les jeunes sont matures à 8 mois (de plus en plus précocement avec la domestication), il est préférable d’attendre la première année avant de les laisser se reproduire.

Dimorphisme sexuel: évident pour des oiseaux adultes chez les types sauvage (couleur naturelle) le mâ le dispose d’un masque jaune vif et d’un plumage gris foncé uni, alors que celui des juvéniles et de la femelles est rayé (leur masque jaune est aussi beaucoup plus terne, voire inexistant). Certaines mutations ne peuvent ê tre sexé es qu’à l’é coute du chant des subadultes ou par sexage ADN des juvé niles.

Espérance de vie: environ 20 ans (parfois 30 ans).

Comportement: la calopsitte :

  • Est de caractère très sociable, curieuse et joueuse
  • Est assez facile à apprivoiser (parfait comme premier oiseau)
  • Est grégaire (ne supporte pas la solitude et a besoin de vivre avec des congénères de
  • la même espèce)
  • Est un super siffleur (les mâles) et reproduit facilement les airs qu’elle entend
  • Peut être très bruyante, notamment par manque d ‘attention
  • S’entend bien avec d’autres espèces (le plus pacifiste des oiseaux que j’ai jamais vu !) 
  • Est peu destructrice si elle a des enrichissements à disposition

Relation avec l’homme/problèmes rencontrés : La calopsitte est une boule d’amour si l’on a réussi à l’amadouer. Elle peut passer des heures sur l’épaule de son humain, à faire des câlins ou tout simplement être près de lui. Elle est si demandeuse qu’il est important qu’elle ait des congénères pour éviter de graves problèmes de comportement (sentiment de solitude quand l’humain est absent, imprégnation…). Si petite soit-elle, elle adore et a besoin d’un grand espace où elle peut se défouler à sa guise (plus sorties quotidiennes). De par son prix « raisonnable », sa taille et la facilité de s’en procurer, certains humains ont trop tendance à en accueillir une seule, sur un coup de tête souvent, dans une petite cage, en tant que « décoration.

Peuvent alors survenir des problèmes comportementaux tels que la déprime, la dépression, l’agressivité ou le picage. Certaines peuvent devenir également très bruyantes en signe de mécontentement.
Par ailleurs, de par sa nature assez peureuse, elle peut facilement paniquer et fuir si l’occasion se présente. Beaucoup de calopsittes sont ainsi perdues dans la nature. Les retrouver devient alors très difficiles, car elles peuvent parcourir plusieurs kilomètres d’une traite à l’instar de leur cousin cacatoès.

Santé: la calopsitte est un psittacidé plutôt robuste qui tombe rarement malade si l’environnement est bien entretenu. Comme beaucoup de perruches australiennes, elle aime grignoter au sol, et est donc sensibles aux vers intestinaux. Elle peut aussi porter et transmettre la PBFD (maladie du bec et des plumes), bien qu’elle y soit moins sensible que ses cousins cacatoès.

Vous envisagez d’adopter une calopsitte? Cliquez ici

Publié le Laisser un commentaire

La calopsitte comme animal de compagnie: guide complet

Yankee et Yuka les perruches calopsittes

Vous envisagez d’adopter une perruche calopsitte et souhaitez en apprendre davantage à son sujet? Voici tout ce que vous devez savoir sur cette petite boule de plume.

Qui est la calopsitte?

  • Elle est originaire d’Australie
  • Bien qu’elle peut être de diverses couleurs, elle est facilement reconnaissable à sa taille et à sa huppe qui se dresse parfois sur sa tête pour exprimer ses émotions
  • Est originaire d’Australie
  • Ne nécessite pas d’autorisation de détention
  • Mesure entre 30 et 35 cm et pèse environ 100 g
  • Vit en moyenne 20 ans en captivité
  • Elle atteint sa maturité sexuelle vers 10 mois
  • Il est très difficile de différencier les mâles des femelles avant la première mue (environ 6 mois), le tes ADN étant la seule manière fiable de les sexer

Quel est le caractère de la calopsitte?

Yuka ma perruche calopsitte
  • Est de caractère très sociable si son environnement lui convient et que vous avez réussi à l’apprivoiser
  • Est recommandée pour un premier perroquet (de part son caractère sociable et affectueux) ou si vous vivez en appartement (attention toutefois aux voisins, certaines peuvent être très bavardes!)
  • Ne supporte pas la solitude
  • Est un animal grégaire (a besoin de vivre avec des congénères de la même espèce )
  • Est un super siffleur (les mâles) et reproduit facilement les airs qu’elle entend
  • Est assez calme si elle ne s’ennuie pas!
  • Est très attachée à son maître
  • Est très joueuse
  • S’entend bien avec d’autres espèces de la même taille
  • Est peu destructrice si elle a des jouets à disposition

Quel est le prix d’une calopsitte?

argent

Le prix d’une calopsitte varie généralement entre 35 euros (pour une calopsitte non apprivoisée(EPP)) et 200 euros (pour une calopsitte apprivoisée élevée main (EAM)).

Mais au delà de son prix, d’autres dépenses non négligeables vont s’ajouter quotidiennement pour le bien-être et la bonne santé de votre oiseau, développé dans la partie suivante…

Quels sont ses besoins?

La calopsitte a 3 besoins fondamentaux qui doivent être comblés pour son bien:être

Habitat

Une calopsitte a besoin d’espace ! Toutes les cages vendues en animaleries ou sur la plupart des sites internet ne sont pas suffisamment grandes! C’est un peu comme si on vous faisait vivre dans votre salle de bains toute votre vie… pas top pour le moral. Une calopsitte a besoin de pouvoir étendre ses ailes, se déplacer, et voler quand vous n’êtes pas là. L’idéal sera une grande volière ou idéalement une pièce de la maison, mais pas non plus isolée du salon pour qu’il participe à la vie de famille. Eh oui pas simple… Plus une volière extérieure pour les beaux jours, le soleil et l’air frais étant très importants pour sa bonne santé. L’idéal étant d’avoir une volière intérieure avec accès à une volière extérieure, de telle sorte que votre perruche puisse se réfugier à l’intérieur quand elle le souhaite. Comptez donc environ 1000 euros minimum pour une installation convenable.

Mais attention! Peut importe la taille de la volière, vous devrez malgré tout la sortir régulièrement pour interagir avec vous.

Nourriture

  • D’un mélange de graines sèches triées sur le volet
  • De graines germées
  • De fruits et légumes frais tous les jours. Mais attention! Certains aliments sont toxiques pour elle. Vous trouverez une liste d’aliments autorisés et interdits ICI
  • De fruits secs et fruits séchés (avec modération, car très sucrés)
  • De blocs de minéraux et d’os de sèche, riches en calcium
  • De céréales ( boulgour, couscous, blé, orge…)
  • De légumineuses (pois chiche, lentille, etc…)
  • De pâtes ou riz de temps en temps… les perroquets en raffolent!
  • D’eau fraîche changée systématiquement deux fois par jour!

Comptez minimum 500 euros annuel pour la nourriture de votre calopsitte.

Vie sociale

calopsittes

La perruche calopsitte est un animal grégaire, ce qui signifie qu’elle ne peut pas vivre seule! Elle a besoin de vivre en couple ou en groupe avec des congénères de la même espèce pour être épanouie. Pourquoi la même espèce? Eh bien, vous mettre avec un humain mais qui ne parle que chinois alors que vous ne parlez que français ne serait pas très pratique ! C’est pareil pour les calopsittes ! Chaque espèce a son propre langage.

N’avoir qu’un seul oiseau et le priver de contacts sociaux est considéré comme de la maltraitance et peut avoir des impacts très négatifs sur son comportement (agressivité, dépression, piquage, perte de motricité, etc).

Les frais de nourriture vont bien sûr devoir être multiplié par le nombre d’oiseaux que vous posséderez.

Comment apprivoiser une calopsitte?

Etape 1

Mettre sa volière dans la pièce de vie où vous êtes le plus souvent. Ne l’approchez pas, ne tentez pas de la toucher. Le but est qu’elle se familiarise d’abord à son nouvel environnement et à votre présence, sans que vous veniez la perturber. N’hésitez cependant pas à lui parler (sans le regarder) afin qu’elle se familiarise à votre voix.

Etape 2

Une fois que vous la sentez sereine (qu’elle n’a plus peur de sa volière, jouets etc…, et qu’elle ne panique plus lorsque vous passez à côté), asseyez-vous près de sa volière, à sa hauteur. Lisez un livre, occupez-vous sur votre téléphone, parlez lui doucement… le but est qu’elle continue de s’habituer à votre présence tout en prenant doucement conscience que vous n’êtes pas un danger. Elle n’a plus peur de vous? Super! Alors on passe à l’étape 3…

Etape 3

La troisième étape consiste à continuer le rapprochement entre vous et votre calopsitte. Quel est le meilleur moyen de l’apprivoiser? Par les bonbons bien sûr! Pour les calopsittes, une de leurs friandises favorites est le millet. Vous en trouverez dans les animaleries et parfois même les supermarchés. Glissez la branche de millet à travers les barreaux en lui disant, par exemple, « friandise ». Si elle en a peur (souvent parce qu’elle n’en a jamais vu), déposez là dans sa volière et laissez la découvrir ce délicieux met. Si elle en a pas (plus) peur, tenez la branche de millet (toujours volière fermée et vous à l’extérieur) en gardant votre main à l’extrémité de la branche. Si elle commence à manger, victoire! Rapprochez doucement la main vers le milieu de la branche, puis vers elle. Si elle recule, pas grave, revenez à l’étape précédente et recommencez progressivement à avancer. Cela peut prendre quelques secondes ou quelques semaines! Le but ici est qu’elle n’ait plus peur de votre main.

Vous avez réussi à lui donner sa friandise en frôlant son bidou? C’est une énorme victoire! Vous pouvez enfin passer à l’étape ultime: prendre votre calopsitte sur votre main.

Etape 4

Une fois que votre calopsitte n’a plus peur de votre main, vous pouvez espérer qu’elle ose monter dessus. Pour cela, mettez votre branche de millet entre votre index et votre perruche et commencez à rapprocher doucement la branche vers vous tout en gardant votre index à quelques centimètres d’elle. Le but? Qu’elle ait besoin de se servir de votre doigt comme perchoir pour continuer à manger. Si elle arrête de manger et se braque, revenez à l’étape précédente et rapprochez la branche vers elle, et recommencez doucement l’éloignement. Si les étapes précédentes sont respectées, elle viendra sur votre doigt et continuera son festin! Si ce n’est pas le cas, n’insistez pas des heures… laissez la et vous recommencerez plus tard, voire demain.

Conclusion

Apprivoiser une calopsitte est une étape qui peut être compliquée, car dès son arrivée on a envie de la toucher, de jouer avec et cela entraîne rapidement un sentiment de frustration lorsqu’on y arrive pas. On peut par ailleurs réussir à franchir une étape un jour, et se rendre compte le lendemain que son perroquet a fait marche arrière. Il ne faut pas oublier qu’on parle ici d’un être vivant qui, tout comme nous humains, a ses sentiments et ses humeurs.

Si vous vous braquez ou vous énervez lors de cet apprentissage, votre perruche sera votre miroir: elle se braquera et s’énervera davantage. Les deux facteurs essentiels pour y arriver? La PATIENCE et le RENFORCEMENT POSITIF. Qu’est ce que le renforcement positif? C’est tout simplement le fait de féliciter votre animal quand il fait une action qui vous satisfait, et de l’ignorer lorsque ce n’est pas le cas. Il vient volontiers sur votre main? Dites lui « oui c’est bien mon bébé » d’une voix douce et enjouée. Il ne veut pas? Retirez votre main sans dire de mots et revenez plus tard.

Chaque séance ne doit pas durer plus de 15 minutes, car au mieux vous lasserez votre oiseau, au pire vous le braquerez davantage.

Vous n’êtes pas prêt à suivre ces étapes ou n’avez pas assez de patience? Alors optez pour une calopsitte déjà apprivoisé et qui vous accepte. Allez la voir sur place et voyez son comportement vis à vis de vous. Un perroquet choisit son humain, et non le contraire. Si le perroquet vient sur vous sans problème, il y a des chances qu’il fera de même une fois arrivé chez vous (respectez malgré tout l’étape 1: la découverte de son environnement).

En résumé

Comme vous avez pu le constater, avoir une calopsitte à la maison n’est pas aussi simple qu’on pourrait l’imaginer. Il ne s’agit en aucun cas de la mettre dans une petite cage dans un coin et aller la voir tous les 36 du mois, en lui jetant quelques graines.

Comme tous les animaux, la calopsitte est un être vivant doté de sensibilité. Les perroquets en général sont encore plus complexes que la plupart des animaux, du fait de leur grande intelligence d’une part et de leur condition de vie bien loin de leur habitat naturel. Elles peuvent facilement sombrer dans la dépression si cette dernière n’est pas un minimum respectée.

Je conseillerais bien évidemment de ne pas acheter d’oiseaux, qui sont faits pour vivre dans la nature, voler ou le vent les mène, se reproduire avec le compagnon de leur choix, et évoluer avec leur groupe… mais tant qu’il y aura des élevages autorisés, on continuera de les acheter. Les calopsittes que j’ai récupéré vivaient (comme dans beaucoup de foyers) dans des conditions inacceptables. Certains ne se souciaient tout simplement pas de leur bonne santé, mais d’autres manquaient tout simplement d’informations. Alors étant donné que je n’ai pas la puissance et l’autorité d’arrêter cette reproduction (souvent abusive) en captivité, si je peux à mon échelle vous aider à prendre conscience que le bien être de l’animal doit passer avant nos petits caprices, c’est déjà une victoire.

Si vous avez davantage de questions, n’hésitez pas à me contacter sur larchedesophie@gmail.com

N’hésitez pas à suivre les aventures de mes calopsittes sur Instagram et Facebook!