Publié le Laisser un commentaire

Le gris du Gabon

Nom français : Perroquet gris du Gabon, Jaco, gris du Congo, perroquet à queue rouge, perroquet gris d’Afrique.

Nom Anglais : African grey parrot 

Nom latin: Psittacus erithacus

Taille: 35 cm environ

Poids: de 400 à 600g

Vie à l’état sauvage : Originaires d’Afrique, ces perroquets vivent dans les forêts denses de la côte
d’Ivoire jusqu’en Angola. Ils parcourent de longues distances chaque jour pour trouver de la nourriture en forêt ou dans les terres cultivées, constituants des groupes parfois très conséquents (de plusieurs milliers d’individus). Ils nichent dans des troncs d’arbres creux.

En captivité : C’est une espèce qui s’adapte difficilement à la vie en captivité, bien que robuste physiquement, ce sont des oiseaux très sensibles et souvent incompris de leurs propriétaires.

Statut : le nombre d’individus est en déclin à cause du déboisement et anciennement du négoce. Ainsi, 360000individus ont été exportés entre 1994 et 2003, destinés à l’Europepour 80% d’entre eux. Après 35 ans passés en annexe II (commerce international réglementé) de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES) (entre 1981 et 2016), le gris du Gabon est maintenant en annexe I, ce qui signifie que son commerce international est interdit2.

Reproduction : La femelle pond entre 2 et 4 œufs, les jeunes sont sevré s à 4-5 mois mais restent encore longtemps avec leurs parents car l’émancipation est longue chez cette espèce. Ils sont matures autour de 4 ans, il est préférable d’attendre qu’ils aient 5 ans voire plus avant de les laisser se reproduire.

Dimorphisme sexuel : Très léger, presque inexistant chez les juvéniles. Le mâle est souvent plus grand que la femelle et possède un bec plus imposant. Dimorphisme plus évident avec les adultes. Les femelles ont souvent un plumage (dos et ailes) bien plus clair que les mâ les. Le sexage ADN reste l’option la plus fiable.

Espérance de vie : Autour de 50 ans, voire plus.

Caractère/comportement : Ce sont des perroquets :

  •  Plutôt méfiants par nature
  • Grégaires
  • Possessifs
  • Très intelligents, curieux, joueurs, facétieux 
  • Extrêmement sensibles
  • Bien qu’ils soient beaucoup plus calmes que d’autres espèces comme les cacatoès, ils savent se montrer très actifs
  •  Destructeurs
  • Caractériel parfois
  • Bruyants par moment
  •  N’aimant pas le changement
  • Considérés parmi les meilleurs parleurs

Relation avec l’homme :

Le Gris du Gabon est le perroquet que l’on retrouve le plus dans nos foyers. Sa capacité à parler en est la principale raison. Mais derrière ce clown attendrissant se cache une réalité bien triste selon moi. En effet, ses capacités intellectuelles et sa grande sensibilité font de ce plumeau un être particulièrement exigeant et complexe. Nous pouvons d’ailleurs l’assimiler à un jeune enfant… il a besoin d’attention, de divertissement, de stimulation, de moments de repos, et d’une alimentation équilibrée et adaptée. Être grégaire, il a également besoin de congénères pour pouvoir s’épanouir et être bien dans ses plumes (et je ne parle pas du chien ou du chat de la maison !). Enfin, tel un oiseau, il a besoin de se dépenser et de voler !

Comme tous les plumeaux me direz-vous, oui mais peut être encore plus… En tant qu’être particulièrement intelligent et sensible, le comportement du Gris du Gabon peut vite se détériorer si ses besoins ne sont pas comblés, et des problèmes comportementaux peuvent vite survenir…et faire marche arrière devient alors une longue aventure périlleuse…

Problèmes rencontrés :

Les gris du Gabon sont des perroquets très sensibles qui ont longtemps besoin de la présence rassurante d’autres individus, avec lesquels ils apprennent les rudiments de la communication intra-spé cifique. Gardé s seuls sans congé nè re, dans une cage, des troubles du comportement apparaıt̂ ront iné vitablement. Le picage n’est pas le plus fré quent, avant d’attaquer leurs propres plumes les oiseaux développent de nombreux troubles souvent ignorés de leurs propriétaires.

Ce sont des perroquets adulés pour leurs qualités de bon parleur, mais ils sont aussi les plus maltraités et abandonnés chaque année, et ce par simple incompréhension et méconnaissance des besoins véritables de l’espèce. L’alimentation à base de graines fait des ravages sur leur foie, ils ont besoin d’une alimentation riche en fruits, légumes et verdure pour être en bonne santé.

Santé : Ce sont des perroquets très robustes qui tombent rarement malades si leur environnement est bien entretenu et leur nourriture variée. Cette espèce est prédisposée à faire des carences en calcium et en vitamine A. Elle fait aussi partie de la liste des perroquets susceptibles d’être porteurs et vecteurs de la PBFD (maladie du bec et des plumes), les jeunes y sont trè s sensibles. Les oiseaux d’importation peuvent ê tre porteurs de la Chlamydiose (psittacose).

Publié le Laisser un commentaire

Le youyou du Sénégal

Nom français : perroquet youyou, youyou du Sénégal

Nom Anglais : Senegal parrot 

Nom latin : Poicephalus Senegalus 

Taille: 20/26 cm
Poids: 170/200g

Vie à l’état sauvage: Les Youyous vivent principalement dans le centre-ouest de l’Afrique, répartis du Sénégal jusqu’au Tchad, mais il semble qu’ils s’adaptent à différents environnements puisque des bandes ont commencé à s’installer en zones urbaines en Belgique et en Espagne Ils vivent dans des savanes arborées et arides et affectionnent les forêts riches en baobabs. Grégaires, les youyous vivent en groupes de plusieurs individus.


En captivité : 
En captivité, ce sont des petits perroquets drôles, affectueux et attachants

en particulier s’ils ont été élevés à la main et bien sociabilisés. Cependant certains sont sélectifs, ils ont tendance à choisir un seul compagnon dans la famille et devenir agressifs envers les autres membres. La reproduction est assez facile mais peu pratiquée en raison de la présence trop fréquente d’oiseaux solitaires.

Statut: Annexe 2 de la CITES.
Reproduction : la femelle pond entre 1 à 4 œufs, les jeunes sont sevrés entre 9 et 10

semaines, matures vers 3-4 ans.

Dimorphisme sexuel: Il n’existe aucun dimorphisme sexuel permettant de différencier de manière fiable les mâles des femelles. Le sexage reste la méthode la plus fiable.

Espéra nce de vie : une trentaine d’années. 

Comportement : le youyou est un oiseau :

v Joueur
v Parfois timide, mais adorant être cajolés
v Grégaire
v De manière générale peu bruyant, mais peu avoir un cri strident
v Peu destructeur s’il a des enrichissements à disposition
v Qui aime grimper et voler
v Pouvant être jaloux et possessif, et pouvant rejeter le reste du groupe/de la famille

Relation avec l’homme/problèmes rencontrés : bien que parfois timide au début, le youyou s’attachera facilement à son humain. Joueur, curieux, adorant les caresses, le youyou pourra vite devenir un compagnon loyal et fidèle. Peut-être trop parfois. En effet, de nature exclusive, il aura tendance à jeter son dévolu sur l’humain de son choix s’il vit sans congénère, et pourra devenir exclusif et agressif à maturité sexuelle. Comme tous les psittaciformes, l’isolement de ces oiseaux si sociaux est un frein à leur plein épanouissement. Il est donc indispensable de leur apporter au moins un congénère. Ils peuvent former des associations affectives avec plusieurs oiseaux, ce qui permet de les maintenir en groupes impairs sans frustration. Enfin, comme tous les autres spécimens, les youyous sont parfois détenus dans des conditions qui ne respectent pas leurs besoins fondamentaux (espace, sorties régulières, congénère), et développeront fatalement des problèmes comportementaux.

Santé: Ces petits perroquets sont très robustes, ils tombent rarement malades et/ou se rétablissent très vite en cas d’affaiblissement. Ils peuvent vivre sans souci en volière extérieure toute l’année sur le territoire français.

Publié le Laisser un commentaire

La perruche ondulée

Nom français : Perruche ondulée 

Nom Anglais : budgerigars, parakeet 

Nom latin : Melopsittacus undulatus

Taille: 18 cm environ

Poids: 30/40 g

Vie à l’état sauvage : Les perruches ondulées sont des oiseaux nomades vivant dans des habitats ouverts, principalement les milieux de type garrigue en Australie, les régions boisées ouvertes et la prairie.
Normalement les oiseaux se trouvent en petites bandes mais, dans des conditions favorables, peuvent former des groupes très nombreux. L’espèce est extrêmement nomade et le mouvement des bandes est lié à la disponibilité de nourriture et d’eau. La sécheresse peut conduire des bandes dans un habitat plus boisé ou des secteurs côtiers. Elles se nourrissent de graines de spinifex, d’herbes et parfois de céréales cultivées.

En captivité: la perruche ondulée s’est bien adaptée à la vie en captivité et peut être très sociable, agréable et joueuse si son environnement lui convient. C’est un oiseau qui se reproduit facilement.

Statut: Nombreuses à l’état sauvage, très répandues en captivité. Leur détention n’est soumise à aucune réglementation particulière.

Reproduction: La femelle pond entre 2 et 10 oeufs, les jeunes sont sevrés à 6 semaines et matures dès 6 mois.

Dimorphisme sexuel: impossible à déterminer chez les jeunes sans test ADN, le sexe de la perruche ondulée est très facile à identifier chez les adultes grâce à sa « cire », la chaire qui entoure les narines, juste au-dessus du bec : chez le mâle, elle est d’un bleu prononcé à vif, alors que chez la femelle, elle est crème ou beige (brune pendant les montées hormonales).

Espérance de vie: 5-10 ans 

Comportement : la perruche ondulée :

Est de caractère très sociable, curieuse et joueuse

  •  Est assez facile à apprivoiser avec de la patience
  •  Est grégaire (ne supporte pas la solitude et a besoin de vivre avec des congénères de la même espèce)
  • Peut être très bruyante, notamment par manque d ‘attention v Est peu destructrice si elle a des enrichissements à disposition

Relation avec l’homme : Souvent farouche à son arrivée, la perruche ondulée apprend lentement à faire confiance. Une fois apprivoisée, elle se montre curieuse et joueuse. Certaines d’entre elles adorent se cacher dans les vê tements de leur humain, escalader de la tête au pied ou se blottir dans le creux de sa main.

Problèmes rencontrés: tout comme les calopsittes, détenir un perruche ondulée est à la portée « de tous » (prix raisonnable, petite taille et largement vendue notamment en animalerie). Minimisant souvent leurs besoins, certains ont tendance à la faire vivre seule dans une petite cage. Les individus maintenus en solitaire développent souvent des problè mes de comportement (dépression, picage…). Un environnement spacieux, stimulant et une bonne ; socialisation sont des éléments clé s. Les perruches ondulées sont des oiseaux assez sensibles aux changements, et sont facilement effarouchées. Elles peuvent être bruyantes parfois et agacer certaines oreilles sensibles.

Publié le Laisser un commentaire

La conure molinae

Nom français : Conure à joues vertes 

Nom Anglais : green chicks conures 

Nom latin : Pyrrhura molinae

Taille: 25 cm environ

Poids: ~ 80g

Vie à l’état sauvage: Originaires d’Amérique du Sud, Les
conures sont de petits perroquets à longue queue qui occupent une large aire de répartition. On les rencontre
surtout dans des milieux fermés comme les forêts denses, mais peuvent cependant s’épanouir dans divers environnements plus ouverts, toujours au sein des arbres feuillues. La conure à joues vertes s’est très bien adaptée à l’anthropisation de son environnement, elle peut se rencontrer en milieu urbain ainsi que dans les parcs et jardins. Les individus relâchés ou échappés se sont implantés en Amérique du Nord et dans quelques pays europé ens. Elles nichent dans des troncs d’arbres à plusieurs mè tres de hauteur.

En captivité: Les conures sont un groupe de perroquet qui s’est bien adapté à la vie en captivité, très robuste, son élevage est en pleine expansion.

Statut: Nombreuses à l’état sauvage et très appréciées en captivité, les conures Pyrrhura molinae sont de plus en plus présentes en aviculture. Les autres en revanche sont plus rares. Annexe 2 de la CITES. Les individus mutants de la conure à joues vertes ne sont soumis à aucune réglementation particulière.

Reproduction: La femelle pond entre 3 et 5 oeufs, les jeunes sont sevrés à 10 semaines et matures entre 1 et 2 ans.

Dimorphisme sexuel: Non dé celable à l’oeil nu. 

Espérance de vie: Entre 25 et 30 ans.

Comportement: Les conures sont des oiseaux :

  • Très actifs, joueurs et curieux de tout
  • Très habiles ! elles peuvent escalader grillage et branches s’en s’aider de leur bec, contrairement aux autres espèces 
  • Grégaires
  • Bruyants ! Surtout par manque de stimulation
  • Très intelligents, et qui adorent apprendre des tours
  • Qui raffolent l’eau ! Un récipient d’eau doit toujours être à disposition pour leur permettre d’entretenir leur plumage
  • Très territoriaux ! Ils ont d’ailleurs tendance à foncer tête. Baissée pour défendre leur espace de vie, quitte à y laisser des plumes (ou plus)…A ne pas mélanger avec n’importe quel perroquet !
  • Pouvant être agressif et infliger de douloureuses morsures, notamment les mâles

Relation avec l’homme: Elles s’apprivoisent relativement facilement. Elles sont intelligentes et très curieuses, elles apprécient les séances de caresses, de jeux et entraın̂ ements divers. Il est essentiel de canaliser leur é nergie dé bordante en leur offrant de nouvelles occupations quotidiennement, en effectuant de petits entraın̂ ements (pour leur plus grand plaisir). Il est indispensable de leur offrir un grand espace dans lequel se défouler. Malgré leur petite taille la cage n’est pas un environnement adapté pour leur plein épanouissement et peut être une source de problèmes de comportement fréquents chez les conures.

Problèmes rencontrés: les conures ont tendance à pincer facilement. Lorsqu’elles sont jeunes il s’agit souvent d’un comportement de saine curiosité qu’il est facile de rectifier en douceur. A l’âge adulte en revanche, les oiseaux peuvent infliger des morsures douloureuses, voire attaquer violemment (en particulier les mâles). De mauvaises habitudes mises en place dès leur plus jeune âge peuvent amener à encourager ce phé nomè ne d’agressivité excessive. Les conures sont é galement des perroquets particuliè rement territoriaux, de sorte qu’ils ont tendance à dé fendre, parfois violemment, leur espace ou certains objets (jouets, mangeoires, nids…). Ce phé nomè ne est considérablement atténué dans un grand espace (type pièce ou volière) où cohabitent d’autres individus. Ces petits perroquets peuvent s’attacher profondé ment à leur humain et développer une relation très fusionnelle, en particulier les individus élevés en solitaire. L’isolement de ces oiseaux si sociaux est un frein à leur plein épanouissement. Il est donc indispensable de leur apporter au moins un congénère. Les conures peuvent former des associations affectives avec plusieurs oiseaux, ce qui permet de les maintenir en groupes impairs sans frustration.

Santé: Ces petits perroquets sont très robustes, ils tombent rarement malades et/ou se rétablissent très vite en cas d’affaiblissement. Les rétentions d’oeuf sont courantes chez les femelles d’un certain âge. Ils peuvent vivre sans souci en volière extérieure toute l’année sur le territoire français.

Publié le Laisser un commentaire

Le cacatoès rosalbin

Mia le cacatoès rosalbin

Nom français : Cacatoès rosalbin

Nom Anglais : Rosebreasted cockatoo, galah. 

Nom latin : Eolophus roseicapilla

Taille : 35 cm

Poids : 350 g 

Vie à l’état sauvage : Originaires d’Australieon les rencontre en trè s grand nombre dans les déserts et bushs. Ils se déplacent souvent en groupes très importants et peuvent parcourir quotidiennement des centaines de kilomè tres à la recherche de leur nourriture et de points d’eau.

En captivité: Selon moi peut-être parmi les espèces les moins adaptées pour une vie en captivité de par leur hyperactivité et leur côté destructeur. Parmi les perroquets les plus abandonnés avec le gris du Gabon, beaucoup de personnes n’étant pas en mesure de gérer une telle boule d’énergie et d’assouvir tous leurs besoins. Cependant, pas de problèmes de reproduction en captivité.

Statut: Annexe II de la CITES. Ils sont très nombreux à l’é tat sauvage. En captivité , ils sont l’une des espèces de cacatoès les plus courantes chez les éleveurs et les particuliers.

Reproduction: La femelle pond 3 à 5 oeufs. Les jeunes sortent du nid vers l’âge de 2 à 3 mois et sont sevrés quelques semaines à après l’envol. Ils atteignent la maturité sexuelle vers 2 ans

Dimorphisme sexuel: Invisible chez les jeunes oiseaux. Avec l’âge, la couleur des yeux s’é claircit chez la femelle (brun clair à rouge), tandis qu’elle reste sombre chez le mâ le. Le cercle oculaire des mâ les devient rose et boursouflé selon les sous-espè ces.

Espérance de vie : Plus de 40 ans. 

Caractère/comportement : le cacatoès rosalbin est :

  •  Familier : il s’apprivoise assez facilement
  • Très actif
  • Très bruyant par moment, notamment le matin et au coucher du soleil v Grégaire
  • Joueur et malicieux
  • Jaloux, possessif est exclusif dans beaucoup de cas, notamment les mâles v Capricieux
  • Destructeur ++
  • Un excellent voilier

Relation avec l’Homme/problèmes rencontrés :

Peu de personnes amatrices de perroquets (ou pas) arrivent à résister devant ce plumeau aussi beau qu’amusant. De taille raisonnable comparé aux grands cacatoès, il semble ne pas prendre beaucoup de place. Il est même conseillé comme premier perroquet par beaucoup d’éleveurs/vendeurs de par son côté sociable et joueur.

Il est vrai que le cacatoès rosalbin est un être extrêmement attachant et fascinant. C’est un privilège de vivre à côté d’un être aussi sensible qu’intelligent. Détenu dans des bonnes conditions qui respectent leurs besoins fondamentaux (espace, sorties régulières, enrichissements, congénères), ils deviendront de supers compagnons.

Mais de par mon expérience sur les réseaux sociaux, j’ai vu ces dernières années bon nombre de personnes me contacter et m’expliquer leur désarroi. Je pense aussi à toutes les annonces de cacatoès rosalbins de moins d’un an que l’on peut trouver sur le bon coin ou sur les groupes de passionnés.

Loin de la description du cacatoès facile et amusant, elles étaient en présence d’un animal bruyant, destructeur, agressif ou déprimé/dépressif. Et après de brèves explications, il en ressortait souvent les mêmes conditions de détention : une cage trop petite, un manque d’interaction, un manque de congénère, un manque d’exercice, un manque d’enrichissement. Et dans ces conditions, le cacatoès développera fatalement des troubles du comportement. Il est d’ailleurs champion dans ce domaine.

Santé: ce sont des perroquets très robustes qui tombent rarement malades si leur environnement est bien entretenu et leur nourriture variée. Les cacatoès rosalbins sont plus difficiles que d’autres espèces en terme d’alimentation, ils ont tendance à rechigner la nouveauté et les aliments frais. Il est essentiel de les habituer à un régime varié dès le plus jeune â ge. Nourris aux graines sè ches, si ces oiseaux ne se dé pensent pas suffisamment, ils ont tendance à développer des problèmes hépatiques qui peuvent encourager des anomalies du plumage, de la peau… amenant les oiseaux à maltraiter leurs plumes (sur-lissage, picage, mutilation). Cette espèce, comme tous les cacatoès, est très sensible à certaines maladies, comme la PBFD et la PDD en particulier. Il est indispensable de faire tester un jeune oiseau avant toute adoption. Les rosalbins ont également tendance à développer des tumeurs graisseuses (lipomes).

Publié le Laisser un commentaire

La perruche calopsitte

Nom français: Calopsitte ou perruche calopsitte

Nom Anglais: cockatiel

Nom latin: Nymphicus hollandicus

Taille: 32 cm environ 

Poids: plus de 100g

Vie à l’état sauvage: Originaires d’Australie, elles occupent une large aire de répartition. Elles vivent au gré des pluies près des cours d’eau en petits groupes ou en couples.

En captivité: C’est une espèce qui s’est très bien adaptée à la vie en captivité (considérée comme domestique) si son environnement est spacieux et riche. Très robuste, elle s’élève relativement bien. Les couples sont souvent d’excellents parents.

Statut: Nombreuses à l’état sauvage, très répandues en captivité. Leur détention n’est soumise à aucune réglementation particulière.

Reproduction: la femelle pond entre 4 et 6 oeufs, les jeunes sont sevrés à 10 semaines mais restent encore parfois plusieurs semaines avec leurs parents. Les jeunes sont matures à 8 mois (de plus en plus précocement avec la domestication), il est préférable d’attendre la première année avant de les laisser se reproduire.

Dimorphisme sexuel: évident pour des oiseaux adultes chez les types sauvage (couleur naturelle) le mâ le dispose d’un masque jaune vif et d’un plumage gris foncé uni, alors que celui des juvéniles et de la femelles est rayé (leur masque jaune est aussi beaucoup plus terne, voire inexistant). Certaines mutations ne peuvent ê tre sexé es qu’à l’é coute du chant des subadultes ou par sexage ADN des juvé niles.

Espérance de vie: environ 20 ans (parfois 30 ans).

Comportement: la calopsitte :

  • Est de caractère très sociable, curieuse et joueuse
  • Est assez facile à apprivoiser (parfait comme premier oiseau)
  • Est grégaire (ne supporte pas la solitude et a besoin de vivre avec des congénères de
  • la même espèce)
  • Est un super siffleur (les mâles) et reproduit facilement les airs qu’elle entend
  • Peut être très bruyante, notamment par manque d ‘attention
  • S’entend bien avec d’autres espèces (le plus pacifiste des oiseaux que j’ai jamais vu !) 
  • Est peu destructrice si elle a des enrichissements à disposition

Relation avec l’homme/problèmes rencontrés : La calopsitte est une boule d’amour si l’on a réussi à l’amadouer. Elle peut passer des heures sur l’épaule de son humain, à faire des câlins ou tout simplement être près de lui. Elle est si demandeuse qu’il est important qu’elle ait des congénères pour éviter de graves problèmes de comportement (sentiment de solitude quand l’humain est absent, imprégnation…). Si petite soit-elle, elle adore et a besoin d’un grand espace où elle peut se défouler à sa guise (plus sorties quotidiennes). De par son prix « raisonnable », sa taille et la facilité de s’en procurer, certains humains ont trop tendance à en accueillir une seule, sur un coup de tête souvent, dans une petite cage, en tant que « décoration.

Peuvent alors survenir des problèmes comportementaux tels que la déprime, la dépression, l’agressivité ou le picage. Certaines peuvent devenir également très bruyantes en signe de mécontentement.
Par ailleurs, de par sa nature assez peureuse, elle peut facilement paniquer et fuir si l’occasion se présente. Beaucoup de calopsittes sont ainsi perdues dans la nature. Les retrouver devient alors très difficiles, car elles peuvent parcourir plusieurs kilomètres d’une traite à l’instar de leur cousin cacatoès.

Santé: la calopsitte est un psittacidé plutôt robuste qui tombe rarement malade si l’environnement est bien entretenu. Comme beaucoup de perruches australiennes, elle aime grignoter au sol, et est donc sensibles aux vers intestinaux. Elle peut aussi porter et transmettre la PBFD (maladie du bec et des plumes), bien qu’elle y soit moins sensible que ses cousins cacatoès.

Vous envisagez d’adopter une calopsitte? Cliquez ici