Publié le Laisser un commentaire

Le cacatoès rosalbin

Mia le cacatoès rosalbin

Nom français : Cacatoès rosalbin

Nom Anglais : Rosebreasted cockatoo, galah. 

Nom latin : Eolophus roseicapilla

Taille : 35 cm

Poids : 350 g 

Vie à l’état sauvage : Originaires d’Australieon les rencontre en trè s grand nombre dans les déserts et bushs. Ils se déplacent souvent en groupes très importants et peuvent parcourir quotidiennement des centaines de kilomè tres à la recherche de leur nourriture et de points d’eau.

En captivité: Selon moi peut-être parmi les espèces les moins adaptées pour une vie en captivité de par leur hyperactivité et leur côté destructeur. Parmi les perroquets les plus abandonnés avec le gris du Gabon, beaucoup de personnes n’étant pas en mesure de gérer une telle boule d’énergie et d’assouvir tous leurs besoins. Cependant, pas de problèmes de reproduction en captivité.

Statut: Annexe II de la CITES. Ils sont très nombreux à l’é tat sauvage. En captivité , ils sont l’une des espèces de cacatoès les plus courantes chez les éleveurs et les particuliers.

Reproduction: La femelle pond 3 à 5 oeufs. Les jeunes sortent du nid vers l’âge de 2 à 3 mois et sont sevrés quelques semaines à après l’envol. Ils atteignent la maturité sexuelle vers 2 ans

Dimorphisme sexuel: Invisible chez les jeunes oiseaux. Avec l’âge, la couleur des yeux s’é claircit chez la femelle (brun clair à rouge), tandis qu’elle reste sombre chez le mâ le. Le cercle oculaire des mâ les devient rose et boursouflé selon les sous-espè ces.

Espérance de vie : Plus de 40 ans. 

Caractère/comportement : le cacatoès rosalbin est :

  •  Familier : il s’apprivoise assez facilement
  • Très actif
  • Très bruyant par moment, notamment le matin et au coucher du soleil v Grégaire
  • Joueur et malicieux
  • Jaloux, possessif est exclusif dans beaucoup de cas, notamment les mâles v Capricieux
  • Destructeur ++
  • Un excellent voilier

Relation avec l’Homme/problèmes rencontrés :

Peu de personnes amatrices de perroquets (ou pas) arrivent à résister devant ce plumeau aussi beau qu’amusant. De taille raisonnable comparé aux grands cacatoès, il semble ne pas prendre beaucoup de place. Il est même conseillé comme premier perroquet par beaucoup d’éleveurs/vendeurs de par son côté sociable et joueur.

Il est vrai que le cacatoès rosalbin est un être extrêmement attachant et fascinant. C’est un privilège de vivre à côté d’un être aussi sensible qu’intelligent. Détenu dans des bonnes conditions qui respectent leurs besoins fondamentaux (espace, sorties régulières, enrichissements, congénères), ils deviendront de supers compagnons.

Mais de par mon expérience sur les réseaux sociaux, j’ai vu ces dernières années bon nombre de personnes me contacter et m’expliquer leur désarroi. Je pense aussi à toutes les annonces de cacatoès rosalbins de moins d’un an que l’on peut trouver sur le bon coin ou sur les groupes de passionnés.

Loin de la description du cacatoès facile et amusant, elles étaient en présence d’un animal bruyant, destructeur, agressif ou déprimé/dépressif. Et après de brèves explications, il en ressortait souvent les mêmes conditions de détention : une cage trop petite, un manque d’interaction, un manque de congénère, un manque d’exercice, un manque d’enrichissement. Et dans ces conditions, le cacatoès développera fatalement des troubles du comportement. Il est d’ailleurs champion dans ce domaine.

Santé: ce sont des perroquets très robustes qui tombent rarement malades si leur environnement est bien entretenu et leur nourriture variée. Les cacatoès rosalbins sont plus difficiles que d’autres espèces en terme d’alimentation, ils ont tendance à rechigner la nouveauté et les aliments frais. Il est essentiel de les habituer à un régime varié dès le plus jeune â ge. Nourris aux graines sè ches, si ces oiseaux ne se dé pensent pas suffisamment, ils ont tendance à développer des problèmes hépatiques qui peuvent encourager des anomalies du plumage, de la peau… amenant les oiseaux à maltraiter leurs plumes (sur-lissage, picage, mutilation). Cette espèce, comme tous les cacatoès, est très sensible à certaines maladies, comme la PBFD et la PDD en particulier. Il est indispensable de faire tester un jeune oiseau avant toute adoption. Les rosalbins ont également tendance à développer des tumeurs graisseuses (lipomes).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *